En classe

Mettre en œuvre la lecture fluide en classe de CM

Lire c’est comprendre : c’est aujourd’hui une vérité établie.
L’accès à la compréhension nécessite toutefois que le déchiffrage autonome soit suffisamment précis et fluide pour que l’attention du lecteur soit entièrement consacrée à la prise de sens.

 

 

Jean-Pierre Demeulemeester est directeur de la collection Ribambelle, et l’un des auteurs du nouveau Livret d’entrainement à la lecture fluide CM. Après une carrière d’enseignant essentiellement en cycles II et III, il a exercé les fonctions de maitre-formateur puis de conseiller pédagogique avant de devenir inspecteur de l’Éducation nationale.

 

 

 

 

Pourquoi travailler la fluidité de lecture ?

Lire c’est comprendre : c’est aujourd’hui une vérité établie. L’accès à la compréhension nécessite toutefois que le déchiffrage autonome soit suffisamment précis et fluide pour que l’attention du lecteur soit entièrement consacrée à la prise de sens. Dans le cas contraire, le lecteur focalise une grande partie de son attention sur le déchiffrage du texte et peu sur la perception de son sens.

Avec mon équipe d’auteurs, nous avons donc créé un livret CM qui permet d’améliorer encore la fluidité de la lecture, les élèves étant, à ce niveau, confrontés à des textes plus longs et plus complexes.

Par ailleurs, nous avons fait en sorte que les entrainements proposés concourent aussi à optimiser la lecture à haute voix, qui doit faire l’objet d’un apprentissage explicite tout au long de la scolarité en primaire.

 

 

 

 

Quelle progression le livret d’entrainement CM propose-t-il ?

La progression s’appuie sur le développement de trois compétences :

LIRE SANS ERREURS

automatiser et perfectionner la maitrise du code alphabétique (décodage)

systématiser la reconnaissance orthographique de la plupart des mots (adressage)

autoréguler sa lecture (repérage et correction des erreurs d’identification des mots)

 

LIRE AVEC AISANCE

développer différentes techniques de lecture afin d’accélérer le rythme de déchiffrage et le rendre plus sûr et plus fluide (repérage et marquage des liaisons, maîtrise du déplacement des yeux, lecture par anticipation, articulation à l’oral …)

accéder à lecture de texte dont la syntaxe ou la présentation n’est pas ordinaire

 

LIRE AVEC UNE INTONATION ADAPTÉE

respecter la ponctuation, première composante de l’intonation

lire avec un rythme adapté, correspondant au sens du texte

respecter l’intonation correspondant à l’intention de l’auteur

 

Pourquoi le livret d’entrainement s’adresse-t-il à un double niveau ?

Le livret d’entrainement est un outil qui permet de travailler avec l’ensemble des élèves de CM. Chaque entrainement est, en effet, décliné en deux niveaux de difficulté :

 

Le niveau 1 correspond davantage aux élèves de CM1

Le niveau 2 est plutôt adapté aux élèves de CM2

 

 

Cependant, cette répartition n’est pas si arbitraire. En effet, le choix du travail à effectuer se fait en fonction du potentiel de chaque élève afin de lui permettre de travailler au niveau le plus adapté. Ainsi, certains élèves de CM1 maîtrisant déjà bien la lecture courante peuvent accéder au travail des entrainements de niveau 2. À l’inverse, des élèves de CM2 rencontrant encore des difficultés de lecture pourront bénéficier d’entrainements plus aisés et moins longs (niveau 1) pour consolider leurs acquis.

 

Comment l’enseignant.e met-il en œuvre ce type de séances de lecture ?

Pour la plupart des entrainements proposés, le travail en petits groupes est conseillé. Les échanges entre élèves après oralisation des entrainements permettent de mettre en évidence les erreurs et d’améliorer ainsi les productions. Cette organisation offre la possibilité à l’enseignant.e de se consacrer aux élèves rencontrant le plus de difficultés.

 

 

 

Comment le choix des textes supports aux entrainements a-t-il été effectué ?

La grande majorité des textes est issue d’œuvres de littérature de jeunesse, adaptées aux centres d’intérêt d’élèves de cycle 3. Les élèves exercent donc leurs compétences sur des textes comparables à ceux qu’ils rencontrent dans les autres dimensions du lire/écrire. Les phrases et les textes proposés ne présentent toutefois pas de difficultés majeures (vocabulaire/syntaxe) pour que leur compréhension soit suffisamment aisée et ne gêne pas la fluidité de la lecture.

Afin de privilégier la fluidité et la mise en voix de la lecture, il est toutefois important de signaler que l’enseignant.e doit lever les problèmes de compréhension, quand il en subsiste, avant de laisser les élèves s’entrainer en autonomie.

Vous aimerez aussi :