Focus sur

Enseigner le lire-écrire avec Ribambelle série Violette c’est construire le parcours d’un lecteur autonome.

Interview de Jean-Pierre Demeulemeester, directeur de la collection Ribambelle  

Bonjour, Jean-Pierre Demeulemeester, merci de répondre à nos questions sur la série Violette de la méthode Ribambelle.

La méthode Ribambelle existe maintenant depuis 20 ans. Pouvez-vous nous expliquer comment vous l’avez fait évoluer ?

JPD : Dès sa première parution en 2000, la méthode Ribambelle a été utilisée avec succès dans un grand nombre d’écoles, y compris celles repérées en grande difficulté. Les différentes versions de la méthode ont évolué en fonction des programmes, des acquis de la recherche mais aussi grâce aux remarques des enseignants utilisateurs (sur la progression des apprentissages, l’intérêt porté aux textes proposés, la motivation des élèves, leurs difficultés récurrentes…). Chacune de ces versions a été expérimentée, avant publication, dans des écoles accueillant des élèves en difficulté afin d’offrir un cadre pédagogique adapté à la réalité du terrain.

La série Violette résulte donc de ces adaptations progressives ; elle offre un support d’apprentissage totalement en phase avec la recherche, les attendus des programmes et le terrain.

 

Quel type de méthode de lecture est proposé dans cette série Violette ?

Ribambelle série Violette est une méthode mixte associant apprentissage systématique et analyse de la langue écrite. Elle s’appuie sur un apprentissage du code rigoureux associé à la découverte puis la lecture d’albums adaptés aux élèves de CP. Les liens entre apprentissage de la lecture et de l’écriture sont également fondamentaux.

 

Qu’est-ce qui rapproche la méthode Ribambelle d’une méthode dite syllabique ?

Tout comme dans une méthode syllabique, l’ensemble des correspondances phonographiques sont étudiées dans notre méthode. Nous avons, par ailleurs, suivi les principes mis en évidence par les recherches de S. Dehaene et L. Sprenger Charolles à savoir respecter au mieux la fréquence des phonèmes, mettre en évidence la fusion de phonèmes en commençant par les fricatives (f, v…) et les liquides (l, r…), introduire rapidement des graphèmes composés de deux lettres pour ne pas induire l’élève en erreur (1 phonème = 1 graphème) et mettre en évidence le rôle des lettres muettes.

 

Mais alors qu’est-ce qui l’en différencie ?

Dans Ribambelle série Violette, l’apprenti lecteur est acteur de ses apprentissages, il s’appuie sur les connaissances déjà acquises les années précédentes, découvre et analyse la langue pour comprendre et intégrer son fonctionnement. L’élève est donc à la fois en situation de réception et d’autoconstruction des savoirs.

Par ailleurs, l’apprentissage du code s’effectue en lien étroit avec l’apprentissage de l’écrit, décodage et encodage étant les deux facettes d’une même activité. Enfin, des textes porteurs de sens sont proposés dès le début de l’apprentissage afin de ne jamais dissocier le moyen (décoder) de la finalité (comprendre).

 

Est-ce que cela en fait une méthode aussi efficace qu’une méthode syllabique stricte ?

Comme l’a montré l’étude menée par Roland Goigoux, la supériorité d’une méthode sur une autre n’existe pas. Les classes mettant en œuvre la méthode syllabique n’obtiennent pas de résultats supérieurs aux autres. En revanche, ce qui apparait primordial est d’engager l’élève dans un projet de lecteur qui le motivera tout au long de son apprentissage.

Rendre l’élève acteur de ses apprentissages et lui permettre d’accéder à la lecture d’albums nourrit ce projet de lecteur…

 

Pouvez-vous préciser quelle est la place de l’écriture dans Ribambelle ?

La place de l’écriture est très importante dans la méthode Ribambelle. De nombreuses situations d’écriture sont proposées pour renforcer l’apprentissage du code et de la compréhension : maitrise du geste d’écriture, dictée, production d’écrits appuyée sur un référentiel.

Comme je vous le disais précédemment, l’apprentissage simultané du Lire / Écrire est porteur d’une synergie conduisant l’élève à progresser rapidement.

 

Pour conclure, quelles sont les forces de la méthode Ribambelle ?

La méthode permet de développer en synergie les quatre fondamentaux de la lecture-écriture que sont lapprentissage du code (progression adaptée, tempo soutenu), le développement des stragies de compréhension, la pratique régulière de lencodage et enfin lacculturation (mise en réseau d’autres textes, étude de documentaires…).

Elle permet de répondre aux besoins en différenciation des enseignants avec des propositions d’organisation de classe et d’outils présentés dans le guide pédagogique et une mise à disposition des outils numériques dédiés à l’automatisation du code.

Enfin, les outils donnés dans le Guide Pédagogique permettent d’associer les familles à cet apprentissage fondamental en leur donnant des conseils dans les livrets d'entrainement à la lecture et en proposant une fiche à destination des parents.

 

Selon les enseignants utilisateurs de la méthode, la force principale de la méthode Ribambelle est la grande motivation qu’elle crée auprès des élèves, levier essentiel de la réussite des apprentissages.

Vous aimerez aussi :